Il y a 10 sortes de personnes …

… ceux qui comprennent cette phrase et les autres.

Bon, ça fait lontemps que j’ai rien mis sur le blog et là, avant de partir du bureau (toujours à São Paulo et contrairement à ce que pourrait dire Séb de manière infamante, après une longue journée de travail), j’ai pas le courage d’écrire la fin des vacances à Ilhabela et le retour à São Paulo.

Par contre, j’ai l’énergie pour un gros truc de geek.

Evidemment, vaut mieux savoir que le binaire, c’est la façon de compter d’un ordinateur avec juste des 0 et des 1.
D’habitude, on a 10 chiffres et on écrit une séquence de ces chiffres et on lit, par exemple 302, comme 3×100 +  2, c’est à dire 3×10^2 + 0 x 10 + 2.

Ben en binaire c’est pareil, sauf qu’on a que 2 chiffres et donc 1101 se lit 1×2^3 + 1×2^2 + 0x2 + 1 = 8 + 4 + 1 = 13.

Voilà, c’était la leçon du jour (paraît que j’en donne, alors …).

Exercice : relire le titre du billet et la première phrase. C’est con hein ?

Publicités

7 réflexions sur “Il y a 10 sortes de personnes …

  1. Pour Vv: Y aurait un petersen dans ton binary sudoku, que ça ne m’étonnerait pas…
    Pour les autres, je veux bien passer pour le grand méchant mais expliquez-moi le but de la manoeuvre: A quoi ça sert de faire croire à notre cher Vv qu’il est crédible quand il nous dit qu’il bosse dur à Saö Paulo? Nous savons tous la vérité! D’ailleurs, l’appareil photo s’est pêté en tombant du bureau?
    Allez, je veux bien faire un effort et jouer au naïf pour lui faire plaisir, mais avant, j’ai droit à une dernière question… Hervé, quand tu dis « longue journée de travail », tu parles de qui?

  2. Nan, celui là, il raisonne plus. Par la magie du principe « action-réaction », le moustique s’est scindé en un très élégant décalcomanie sur le pied du bureau.

  3. Bon alors, après quelques vérifications, les Massaï sont plutôt en Afrique (Kenya), célèbres guerriers qui, pour passer à l’âge adulte doivent tuer un lion avec une lance et un bouclier.

    Disons que, pour le coup, le terme d’indien est peut être un peu abusé, c’est juste pas loin de l’océan indien.

    Le rapport avec le poulet est beaucoup moins connu. En fait, le Massaï, pour devenir guerrier confirmé, doit buter un poulet avec une lance et un bouclier. C’est bien plus difficile que de tuer un bête lion car ce n’est pas n’importe quel poulet.
    Pour passer ce grade très prestigieux, il doit survivre au KFC, le « Kenya Freaking Chicken », une véritable horreur.

    A part ça, dans « Bronco Apache« , film américain de Robert Aldrich sorti en 1954, Burt Lancaster joue l’indien Massai (c’est son doux nom) qui refuse la reddition de Geronimo et des apaches et veut aller buter du blanc à coup de latte. Et c’est là qu’on retrouve la tradition Kenyane, car il tue selon ce même procédé qu’est le KFC, le Krane Fendu par un Coup.

    (si quelqu’un se demande, oui, j’ai un peu honte, mais j’ai faim et mal à la tête, non mais)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s