La presse : un biais sur le congrès ?

roseC’est un peu une lapalissade quand on est militant que de dire que la presse rend mal compte des débats internes du Parti Socialiste.

Voilà, c’est dit, pas besoin d’épiloguer là dessus, ni même de s’en servir comme d’une excuse : quand un politique a une parole publique, il sait qu’elle sera déformé par le prisme médiatique, à lui aussi de faire que le bon message passe.

On sait aussi que, du fait des intérêts politico-financiers des entreprises qui contrôlent l’essentiel des médias, une coloration globalement droitière et pro-Sarkozy se voit. En effet, 80% de la presse est tenue par des marchands d’armes (Lagardère et Dassault). Et dans le classement des magnats de la presse qui vivent de la commande d’état, Bouygues (TF1, LCI) et Boloré (Direct 8, Matin +, etc.) ne sont pas en reste.

Là où il faut nuancer l’analyse, c’est que cette pression financière se joue à haut niveau, dans des pressions sur les rédacteurs en chef, leur embauche et licenciement, éventuellement sur des lignes éditoriales. Les exemples où des journalistes sont censurés et virés sont plus récents et à classer dans les excès de pouvoir de l’hyper-président et ses relations incestueuses avec les puissances financières.

Quand on parle des débats au Parti Socialiste, on touche à une autre forme de biais, tenant plus aux orientations politiques profondes des journalistes eux mêmes et, ils font ce qu’ils peuvent après tout, leur difficulté à être objectifs quand ils sont juges et (presque) parties. Quand il s’agit d’éditorialistes comme Joffrin ou même Juliard (qui est à l’objectivité politique et la prise de distance ce que le porte-parole de l’UMP Lefebvre est à la bonne foi, un contre-exemple), c’est légitime.

Quand ce sont les journalistes d’un service politique, censés avoir une analyse objective pour éclairer les citoyens dans leurs choix, c’est plus discutable. Le Monde est un exemple flagrant. Journal pourtant extrêmement sérieux, son staff politique impose un biais sur la réalité des débats du PS impressionnant. Déjà, il y a quelques temps, l’un d’entre eux, Noblecourt, insultait copieusement la gauche du PS au motif qu’elle serait has-been, dépassée, pas vraiment réformiste. Maintenant que notre ligne a été validée par les débats du congrès et que tout le parti, Ségolène et Delanoé y compris, nous ont rejoints, la propagande est plus insidieuse.

Je me suis amusé, pour l’exemple, à fouiner dans le blog des journalistes du service politique s’intéressant spécifiquement au Parti Socialiste. J’ai notamment regardé les catégories et le nombre d’articles. Résultat, la motion de Ségolène Royal compte 80 articles répartis dans 10 catégories, celle de Bertrand Delanoë compte 89 articles dans 9 catégories (mais il faut prendre en compte le fait que je compte dedans la catégorie « François Hollande », peut être générale au parti, et celle « Moscovici » qui, vu son parcours tortueux pendant le congrès, doit pouvoir se compter autant pour Ségolène que pour Bertrand et même Martine).

Pendant ce temps, la motion de Martine Aubry ne compte que 44 articles dans 5 catégories et, la palme, celle de Benoît Hamon 31 articles dans 2 catégories. A cela il faut prendre en compte une catégorie générique « gauche du parti » avec 18 articles.

En gros, Ségolène 35% (42% si on oublie Hollande et Moscovici), Delanoé 35% (22%), Aubry 17% (21%), Hamon 12% (15%).

Ok, la statistique est peu scientifique. Mais je ne suis vraiment pas certain que leur propos soit plus objectif que le mien !

Publicités

3 réflexions sur “La presse : un biais sur le congrès ?

  1. Concernant Joffrin que tu sembles dédouaner de sa non-objectivité du fait de son rôle d’éditorialiste, je te rappelle tout de même qu’il n’a pas que cette casquette et qu’il est également rédacteur en chef de Libé! Et je ne le pense pas plus objectif dans ce registre…

  2. Ca semble une evidence. Je ne vois pas trop personnellement en quoi le fait
    que ca bastonne aujourd’hui au PS represente une crise comme la presse passe son temps a le dire. Enfin je ne suis pas trop sur mais il me semble que la synthese precedente obtenue au forceps a surtout permis de cacher la foret derriere un arbre, avec le resultat qu’on connait…je crois que j’aime autant que le linge sale soit lave une bonne fois pour toutes.

  3. On est bien d’accord ami cucurbitacé 😉

    Espérons que le vote des militants finisse par trancher sérieusement la question du leadership maintenant que la question des alliances est, à mon avis, tranchée, et que l’orientation à gauche a été consacrée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s