De là où ne se rejoignent pas les extrêmes

Frozen Par Jason MerrickSi la droite nous ressort Gérard Longuet de son congélateur pour le mettre au ministère de la défense, ça peut bien me décomplexer de sortir ce blog du coma.

Pourquoi ? Et bien, c’est la conséquence d’une discussion à bâton rompu avec le fameux et toujours intéressant Maître Eolas via Twitter. La discussion a donc commencé suite à l’exhumation du passé de Longuet à Occident (membre fondateur, quand même), que ledit Maître mettait en parallèle avec le passé à l’OCI de Jospin. Mon propre passé (plus léger, certes) dans une organisation trotskiste me titillant, j’ai objecté une différence nette entre extrême droite et extrême gauche et nous avons commencé à en débattre pour, au final, que se pose la question « qu’est-ce qu’un extrême ? ».

C’est compliqué à définir, d’autant que « extrême » est finalement un adjectif visant à disqualifier. D’ailleurs il est intéressant de voir que l’opinion publique étant habituée à une figure plutôt sympathique de l’extrême gauche, ou tout du moins inoffensive, la droite nous abreuve d’un de ses nouveaux « éléments de langage », l’ultra-gauche.

Un commencement de définition qui a émergé était que les mouvements « extrêmes », droite ou gauche, étaient ceux qui se définissaient avant tout en anti-quelque chose : anti-capitaliste, anti-républicain, anti-islam, anti-immigration, anti-propriété privée, anti-europe, etc. En gros, des aspirateurs à votes protestataires et plus généralement à colère sans autre débouché politique.

Même si l’analyse du vote protestataire sur le FN, la LCR/NPA et LO m’a toujours parue un peu courte en ce qu’elle suppose d’une non-adhésion aux thèses prônées par les partis considérés et une forme d’inconséquence démocratique des électeurs, le discours populiste et anti-système des extrêmes droites et gauches est effectivement un point de convergence. C’est d’ailleurs un fait avéré que des anciens électeurs du PC ou de LCR/NPA/LO ont pu voter FN et peut être même vice versa.

Néanmoins s’arrêter à ça, c’est se tromper, ou du moins mettre sur le même plan philosophique et politique des comportements aux antipodes moraux, et ce malgré certains mouvements (souvent d’extrême droite) et amalgames politiciens (dont les derniers ont été commis par les « jeunes » de l’UMP) qui cherchent à entretenir une forme de confusion entre les deux.

Si on peut considérer qu’extrême gauche et extrême droite sont anti-quelque chose, et donc dans une ambition de destruction plus que de construction, c’est la place de la haine dans cette destruction qui est signifiante.

Evidemment, il faut préciser que je me place dans une période relativement récente et principalement française, histoire d’éviter les moments sombres et douteux de formations telles que les brigades rouges ou action directe. C’est un peu facile, mais j’ai le droit, je suis chez moi aussi ici 😛

Ceci dit, outre ces poussées révolutionnaires violentes, la violence d’extrême gauche se cantonne récemment chez une frange très réduite d’anarchistes, du type « black block », et se concrétise sur des biens matériels et symboliques (banques, etc.). Une caractéristique de cette extrême gauche un tantinet violente, c’est qu’elle est souvent plus hargneuse envers la gauche « de gouvernement » et les socialistes en particulier qu’envers la droite, à l’exception notable des « Anti-Fa » qui se spécialisent dans la baston avec les fachos et n’ont pas trop de problèmes avec nous.

Or donc, en dehors de la hargne envers les socialistes, je ne connais aucune organisation d’extrême gauche qui soit, en tant qu’organisation ou même dans la culture de ses militants, dans la haine et la violence aux personnes. Au contraire, les différentes factions d’extrême gauche sont fondées sur une pensée politique cohérente. Evidemment, cette pensée est, à mon sens, inadaptée au monde et aux sociétés humaines démocratiques. C’est d’ailleurs ce qui les pousse souvent à l’enferment, au refus de la contestation, qu’on caricature parfois en « stalinisme », limite au sectarisme (façon LO). Il n’en reste pas moins que l’origine de ces pensées trop systématiques est humaniste.

L’extrême droite par contre, contrairement à l’extrême gauche, ne prône pas une pensée politique cohérente, populisme oblige, d’autant plus que le FN a réussi à faire la synthèse entre des paganistes, des ultra-cathos, des royalistes, des anti-sémites, des racistes, etc. Forcément, chercher la cohérence dans un bordel pareil, il ne reste que la haine de l’Autre. Et effectivement, à chaque période son bouc émissaire, même si certains y sont abonnés: syndicalistes, juifs, franc-maçons, homosexuels, tsiganes, noirs, arabes, maintenant musulmans, bientôt un autre.

Quand on structure un mouvement sur le rejet de l’autre, on est nécessairement dans la violence, et de tout temps l’extrême droite s’est déplacée avec son cortège de ratonnades, expéditions « punitives », et autre violences fondées sur la seule appartenance aux groupes de cibles à la mode chez les crânes rasés. En l’espèce, Occident, à une époque où certes la violence militante était plus exacerbée, s’est particulièrement illustré. On se souvient ensuite des frasques du GUD, notamment à Assas, et aujourd’hui des Identitaires et autres mouvances néo-nazies accrochées aux stades de foot comme des verrues sur un pied sale.

D’ailleurs, la situation lyonnaise en l’espèce est particulièrement préoccupante, avec une remontée assez sévère de la violence des fachos nouvelle vague, probablement légitimés et encouragés par l’omniprésence de leurs thèmes dans l’action de Sarkozy, des Roms au débat sur l’Islam, en passant par les rafles aux portes des écoles (voire carrément dans les écoles) pour expulser les parents sans papier.

Là est la différence majeure de nature entre extrême gauche et extrême droite, et à ce titre, je ne cautionne pas le mauvais procès qui a été fait à Mélenchon en le comparant à la Le Pen junior. Le populisme et la posture que prend Mélenchon sont insupportables, mais rien ne saurait permettre une identification entre lui et l’extrême droite.

Reste à se poser la question des frontières entre extrême droite et droite « respectable » (si si, ça existe quand même raaahh) d’un côté, extrême gauche et gauche (respectée, forcément 🙂 ) de l’autre. Je ne suis pas certain qu’il y en ai réellement. D’ailleurs nous parlons souvent entre Socialistes d’extrême droite et droite extrême pour pointer ce continuum idéologique. Il partait avant d’une frange du RPR vers le FN et le reste, avec des éclaboussures du genre « le bruit et l’odeur », il englobe maintenant le centre de gravité de l’UMP qui organisme une forme de racisme et de violence sociale d’Etat, au point que le FN semble presque moins dangereux que ce qu’il n’est.

Il n’en reste pas moins que la gauche, dont la vigilance anti-fasciste est un fondement historique, doit être en alerte maximale ces temps ci. Les poussées néo-fascistes sont légions en Europe ces derniers temps et notre République est loin d’être hors de danger.

  • Par ailleurs, je ne saurais assez conseiller de suivre le blog « droites extrêmes » de deux journalistes spécialisés du Monde. C’est une mine inépuisable d’informations sur les mutations de l’extrême droite.
Publicités

3 réflexions sur “De là où ne se rejoignent pas les extrêmes

  1. La renaissance fait plaisir. Et moi, je dis, il est préférable d’écrire peu quand on a quelque chose à écrire que de partager tous les jours l’heure à laquelle on va pisser ou le dernier canard qui publie une photo de son poulain aux primaires.

    Ça, c’est dit.

    Passons à Mélenchon… J’aimerais assez que tu détailles ce que tu trouves insupportable. Alors, je te rassure, je ne suis pas devenu mélenchoniste cette nuit ni celle d’avant, mais l’accusation de populisme faite par tous les petits Besson, au sein du PS ou en dehors, me met extrêmement mal à l’aise. Que lui reproche-t-on au juste ? De parler des sujets qui intéressent les gens ? D’employer des mots violents pour décrire une société violente ? De ne pas jouer le jeu des petits chefs du PS qui se disent socialistes en n’ayant aucune idée de la vie de leurs électeurs ?

    Sans penser qu’une erreur sur le prix du timbre disqualifie un(e) politique, la crédibilité de celui qui prétend défendre les gens en ne connaissant pas leur vie (et en ne s’y intéressant pas !!!) est toute relative. Mais on ne peut pas être en train de tout faire pour affaiblir le sous-courant de son camarade, de voir comment créer du buzz, de se demander quelle est la date idéale pour présenter sa candidature aux primaires ouvertes (à la droite), etc. et s’intéresser aux gens.

    Bien sûr, JLM a compris qu’en politique aujourd’hui plus qu’hier, il faut donner envie aux journalistes de lui tendre le micro. Mais au-delà de ses légers excès, j’ai l’impression qu’il n’oublie jamais de défendre des idées de gauche. Dis autrement, quand on a fini de l’écouter, l’électeur moyen ne se pose pas la question de savoir s’il faut mettre la virgule avant ou après le ‘la’ (avec accent ou non, d’ailleurs), en général le message (de gauche !) est clair.

  2. Le populisme de JLM, c’est lui qui le revendique finalement. Mais ceci dit, oui, il défend des vraies valeurs de gauche quand il parle, même s’il est dans la sur-enchère systématique et surtout dans ce côté éternel donneur de leçon qui m’exaspère.
    Mais le vrai sujet, c’est son crédo « tous pourris, sortez les sortants » et « vous les journalistes vous êtes des moins que rien » alors que c’est un sortant qui pantoufle au Sénat grâce au PS depuis un bout de temps, qu’il tape sur les journalistes car il connaît leur penchant masochiste qui leur fait lui donner la parole, et qu’il crie à la démocratie alors j’ai vu ses pratiques politiques au sein du PS : la démocratie c’est pas sa première valeur.

    Mais à part ça, je l’aime bien hein : bon tribun, met des coups de pieds dans la fourmilière, et surtout me fait régulièrement rire 🙂 Et je trouve que son procès en Le Penisme est à vomir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s